Format des prises de vue

En photographie numérique, la qualité de l'image enregistrée dépend du format de la prise de vue et du format d'enregistrement.

La plupart des appareils photographiques bas de gamme traitent les données du capteur immédiatement après la prise de vue pour enregistrer et fournir à l’utilisateur un fichier dans un format lisible sur tout type de terminal et sur les navigateurs internet, généralement JPEG. Ce traitement implique des paramètres liés à l’appareil, comme la disposition du capteur, la correction géométrique des distorsions de l’objectif, et autres. D’autres paramètres correspondent à des choix habituels des utilisateurs : la balance des blancs, l’équilibre des couleurs et le contraste. Cette image bitmap, correspondant à celle qu’on voit sur un écran, est ensuite comprimée en abandonnant une quantité de données correspondant à des caractères de l’image invisibles ou négligeables.

Tous les appareils à usage professionnel et de plus en plus d’autres proposent de conserver le format natif qui donne au photographe plus de liberté dans le traitement. Ce format natif diffère d’un constructeur à l’autre. En général, le fichier a également subi une compression sans perte, définie par le constructeur. Un fichier Raw n’est pas visualisable directement par la plupart des systèmes informatiques.

Transfert et stockage

Les informations issues du capteur sont transformés en fichiers informatique. On rencontre quatre grandes familles de fichiers :

  • Les fichiers JPEG sont des fichiers compressés avec perte d’information. Le format JPEG permet de choisir le taux de compression ; plus le taux est élevé plus il y a de risque que la perte de qualité de l’image soit perceptible par l’œil humain.
  • Les fichiers TIFF sont des fichiers non-compressés ou compressés sans pertes d’information. Leur taux de compression est moindre que celui des fichiers JPEG.
  • RAW est la désignation générique d’un type de fichier d’images numériques issues d’appareils photo numériques ou de scanners. Un fichier Raw contient les données brutes du capteur et les paramètres nécessaires à la transformation en fichier image visible sur écran. Ce processus est souvent comparé au développement d’un film photographique (inversible couleur). Le fichier est plus volumineux que celui au format JPEG, servant le plus souvent à la communication des images, mais il n’a pas subi de transformations irréversibles, ce qui permet de retravailler sans dommage. Chaque constructeur adapte le format de données au matériel qu’il produit. Il en existe par conséquent plusieurs dizaines, articulés souvent autour du format TIFF/EP et, pour les métadonnées, d’EXIF. Ils nécessitent un logiciel spécialisé pour être lus.
  • Digital Negative (DNG) est un format ouvert d’enregistrement des signaux bruts générés par les capteurs d’appareils numériques. Il a pour but de standardiser les nombreux formats RAW précédemment utilisés.
  • L’Exchangeable image file format ou EXIF est une spécification de format de fichier pour les images utilisées par les appareils photographiques numériques. Cette spécification repose sur des formats existants tels que JPEG, TIFF version 6.0 et RIFF format de fichier audio WAVE, en y ajoutant des balises de métadonnées. Les données EXIF constituent un remplacement commode du petit carnet qui accompagnait, à l’époque de la photographie chimique, les photographes méticuleux. Sur les appareils numériques, elles sont conservées automatiquement avec chaque photo.

Voir aussi