Empire russe › Pierre Ier le Grand

Pierre Ier (en russe : Пётр Алексеевич Романов, Piotr Alekseïevitch Romanov), plus connu sous le nom de Pierre le Grand (en russe : Пётр Великий, Piotr Vyélikiy), né le 30 mai 1672 (9 juin 1672 dans le calendrier grégorien) à Moscou et mort le 28 janvier 1725 (8 février 1725 dans le calendrier grégorien) à Saint-Pétersbourg, devient tsar de Russie en 1682 et reçoit le titre d'empereur de toutes les Russies en 1721. Fils du tsar Alexis Ier (1629-1676), il règne conjointement avec son demi-frère Ivan V durant la première partie de son règne (1682-1696). À la mort de celui-ci il se lance dans un grand tour de l'Europe durant lequel il se rend compte du grave retard de son pays sur le reste du continent. Il va alors s'efforcer de rapprocher son pays des mœurs occidentales, quitte à sacrifier une partie des traditions de sa terre natale. Par sa volonté d'écraser la noblesse et le clergé, il reste dans les mémoires comme un grand modernisateur, faisant entrer la Russie dans l'âge de l'absolutisme. En politique extérieure, Pierre se lance dans la longue grande guerre du Nord (1700-1721) durant laquelle il est opposé à l'Empire suédois de Charles XII. Après plusieurs revers comme à la bataille de Narva, il réussit finalement à écraser l'armée suédoise à la bataille de Poltava (1709). Après cette victoire, il faut encore douze ans de combat pour que la Suède signe le traité de Nystad. La Russie gagne avec celle-ci un accès à la mer Baltique en annexant l'Ingrie, l'Estonie et la Livonie. Pierre se fait alors proclamer « grand », « père de la patrie » et « imperator ». Pierre joua ainsi un grand rôle dans la construction d'un État russe moderne en déplaçant sa capitale de Moscou à Saint-Pétersbourg, ville qu'il fonda en 1703. Sa politique expansionniste et ses réformes ont fait de la Russie une puissance européenne. Voir Pierre Ier le Grand sur Wikipédia.