Serveur à Pétra

Jordanie, aôut 2011.

10 août 2011 12:18 Pétra Gouvernorat d'Aqaba Jordanie
CANON EOS 450D - 80mm - 1/60s à f/4 - ISO 400

Activités, Barmaid, Barman, Bartender, CHR, Commerce, Conservation, Conservation de la nature, Country, French photographer, Genre photographique, Geography, Géographie, Horeca, Hôtellerie, Hôtellerie Restauration, Jordan, Jordanie, Patrimoine mondial, Pays, Petra, Photographe français, Portrait, Portrait photographique, Portrait photography, Pétra, Restauration, Serveur, Trade, UNESCO, World Heritage Site, patrimoine de l'humanité.


Portraits

Portraits

Barman

Le barman (dit également barmaid, bartender ou barwoman pour les femmes) est un travailleur polyvalent qui accueille la clientèle du bar, prépare et effectue le service des boissons chaudes, froides, simples ou composées (cocktails), ainsi que des mets simples voire des snacks, des sandwichs ou et des crèmes glacées. Il contribue à l'animation et à l'ambiance du bar. Il procède à la facturation et à l'encaissement des recettes de la vente des produits. Il lave les verres, approvisionne le réfrigérateur, sépare les vidanges consignées des autres déchets non récupérables. Il effectue aussi le nettoyage des installations et équipements du bar. Il lui arrive d’être responsable de l'approvisionnement et de la gestion des stocks (boissons, verrerie, petit matériel…). Voir Barman sur Wikipédia.

Patrimoine mondial

Le patrimoine mondial ou patrimoine mondial de l'humanité désigne un ensemble de biens culturels et naturels présentant un intérêt exceptionnel pour l’héritage commun de l’humanité. Ce patrimoine fait l’objet d’un traité international intitulé « Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel », adopté par l’UNESCO en 1972, actualisé chaque année depuis 1978 par le comité du patrimoine mondial de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), une institution spécialisée de l'Organisation des Nations unies. L' UNESCO en tant qu'organisation mondiale n'est le propriétaire d'aucun patrimoine, et l'expression "patrimoine de l'UNESCO" souvent utilisée, relève d'un raccourci journalistique. À l'issue de la 43e session du Comité du patrimoine mondial, qui s'est tenue du 30 juin 2019 au 10 juillet 2019 à Bakou (Azerbaïdjan), 29 nouveaux biens ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial. Ce qui porte à 1 121 le nombre total des biens culturels, naturels et mixtes figurant sur la liste, répartis sur 167 États membres. Ainsi, depuis juillet 2019, la liste compte 869 biens culturels, 213 biens naturels et 39 biens mixtes avec 53 biens sur la liste du patrimoine mondial en péril. Ces deux listes ne devraient pas évoluer en 2020, la réunion de la 44e session du Comité du patrimoine mondial, qui devait se tenir du 29 juin au 9 juillet 2020 à Fuzhou en Chine, ayant été reportée sine die en raison des circonstances exceptionnelles liées à la pandémie de Covid-19. En comptant les sites répartis sur plusieurs pays, l'Italie et la Chine sont les pays qui en possèdent le plus grand nombre (55), suivies par l'Espagne (48), l'Allemagne (46) et la France (45). Seuls deux biens sont retirés de la liste depuis sa création, ainsi qu'une partie de l'ancien site géorgien « Cathédrale de Bagrati et monastère de Ghélati », le périmètre classé ne comprenant désormais plus que le monastère. Le comité du patrimoine mondial est instauré par la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, texte adopté le 16 novembre 1972 lors de la XVIIe conférence générale de l’Unesco, et ratifié en novembre 2016 par 192 de ses 195 États membres. Le but de cette liste est de cataloguer, nommer, et conserver (grâce au fonds du patrimoine mondial) des biens culturels, naturels ou « mixtes » d’importance pour l’héritage commun de l’humanité. Les sites inscrits au patrimoine mondial font généralement l'objet d'une exploitation touristique mettant en avant cette reconnaissance. Voir Patrimoine mondial sur Wikipédia.

Pétra

Pétra (de πέτρα petra, « rocher » en grec ancien ; البتراء Al-Butrāʾ en arabe), de son nom sémitique Reqem ou Raqmu (« la Bariolée »),, est une cité nabatéenne située au sud de l'actuelle Jordanie. C'est le pôle touristique majeur de ce pays. Créée dans l'Antiquité, vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C., par les Édomites, elle est ensuite occupée vers le VIe siècle av. J.-C. par les Nabatéens qui la font prospérer grâce à sa position sur la route des caravanes transportant l'encens, les épices et d'autres produits précieux entre l'Arabie du Sud, l'Égypte, la Syrie et la Méditerranée. Vers le VIIIe siècle, la modification des routes commerciales et des séismes entraîneront l'abandon progressif de la ville. Pétra a abrité à son apogée jusqu'à 25 000 habitants. Tombé dans l'oubli à l'époque moderne, le site est redécouvert en 1812 par le monde occidental grâce à l'explorateur suisse Jean Louis Burckhardt. Les nombreux bâtiments, dont les façades monumentales ont été directement taillées dans la roche, en font un ensemble unique qui est inscrit, depuis le 6 décembre 1985, sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. La zone autour du site est en outre, depuis 1993, un parc national archéologique. L'érosion, les pluies et le tourisme — en progression constante depuis la fin du XXe siècle — sont cependant une menace pour la préservation du site et des actions sont entreprises pour enrayer la destruction des monuments. Les communautés locales bédouines, les Bedul, sont intégrées de manière participative à la préservation du site de Pétra et à l'économie du tourisme. Mais, victime de l'instabilité politique de cette région du monde, le site connaît, au cours de certaines années, une baisse de la fréquentation touristique qui entraîne une perte de revenus pour les communautés locales qui vivent du commerce touristique. Voir Pétra sur Wikipédia.

Portrait photographique

Un portrait photographique est un portrait visuel d'une personne réalisé à l'aide d'un appareil photographique ou d'un téléphone mobile. Les portraits photographiques apparaissent au milieu du XIXe siècle à partir de 1850 sans concurrencer les portraits peints, en taille naturelle et de grand format, mais en élargissant très largement leur clientèle grâce à leur prix très inférieur. Dans l'histoire de la photographie, plusieurs photographes se sont fait une spécialité du portrait, soit exclusivement comme Nadar, Étienne Carjat, August Sander, Yousuf Karsh, Annie Leibovitz ou Bernard Poinssot, soit comme une facette de leur travail comme Helmut Newton, Jean-François Bauret, Philippe Halsman, Paolo Roversi ou Jean-Louis Swiners. L'autoportrait photographique peut se pratiquer avec un miroir, un retardateur, un déclencheur à distance. Il a pris, avec la possibilité de photographier avec un téléphone mobile, une extension considérable avec la généralisation des selfies. Voir Portrait photographique sur Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *