Mot-clef : Marais et zones humides liés à l’étang de Berre

Marais et zones humides liés à l’étang de Berre

Marais : En géographie, un marais est une couche d'eau stagnante, en général peu profonde, et envahie par la végétation aquatique ou herbacée. C'est une zone humide. La végétation des marais est constituée d'espèces adaptées au milieu humide. Sa composition varie selon la hauteur de l'eau, l'importance des périodes d'assèchement, et le taux de salinité. Les espèces dominantes sont les poacées (roseaux), typhacées (massettes), les joncacées (joncs), cypéracées (carex), et autres plantes herbacées et aquatiques, et des plantes ligneuses basses. Dans les marais d'eau saumâtre, on rencontre des espèces halophiles. Il se distingue d'une mangrove ou d'un bayou – l'anglais américain les appelle de manière générique « swamp » – dominés par des arbres plutôt que des herbes ; et d'un étang par sa moindre profondeur de l'eau. Ce qui ramène aussi à la définition de « marécage », se référant à une étendue de terrain humide dominée à plus de 25 % de sa superficie par une végétation ligneuse, c'est-à-dire arbustive ou arborescente. Le français est imprécis la plupart du temps sur la distinction marais/marécage, par ailleurs de même racine. Dans le marécage « s’étendent des marais ». Le français québécois donne la définition qui suit de marécage, qu'il faut rapprocher de celle de swamp. « Le terme marécage renvoie à une étendue de terrain humide ayant un couvert arbustif sur une partie de sa superficie (ce qui n'exclut pas la présence d'un certain nombre d'arbres) et où s'étendent des marais. » Dans un marais les arbres sont absents. En plus haute altitude, il faut distinguer ce genre de marais avec ce qu’on nomme les hauts-marais ou tourbières bombées. Ce sont des marais dont l’approvisionnement hydrique provient essentiellement des précipitations, sans apport tellurique. De ce fait, les teneurs en éléments nutritifs sont très faibles. Un groupe d’espèces capables d’y pousser sont les sphaignes (Sphagnum sp.). Une des particularités de ces espèces est qu’elles accaparent les nutriments. Elles sécrètent également des ions H+ ce qui acidifie le sol et empêche le développement d’autres espèces. Les sphaignes ont l’avantage de n’être consommées par aucun herbivore.

Wikipédia, Marais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.