Abeille 1906-109

Jardin de Claude Monet, Giverny, juin 2019.

15 juin 2019 5:00
CANON EOS 760D - EF-S18-135mm f/3.5-5.6 IS STM - 135mm - 1/800s à f/5,6 - ISO 100

Abeille, Animal, Animalia, Anthophila, Apidae, Apidés, Art, Artist, Artiste, Artiste peintre, Bee, Biologie, Biology, Botanique, Botany, Claude Monet, Country, Eure (département), Fleur, Flower, Fondation Claude Monet, Fondation Monet in Giverny, France, Giverny, Hymenoptera, Hyménoptères, Insect, Insecta, Insecte, Morphologie végétale, Normandie (région administrative), Papaveraceae, Papavéracées, Pays, Photographie de paysage, Plant, Plant morphology, Plantae, Plante, Romneya, Taxinomie, Taxonomie, Taxonomy (biology), phytologie.


Au jardin

Fondation Claude Monet 2019

Printemps 2019

Apidae

Les Apidés (Apidae) forment une famille d'insectes de l'ordre des hyménoptères. Il s'agit de la famille d'abeilles la plus large et diversifiée, avec plus de 5700 espèces. Elle comprend des abeilles solitaires, parasites, cléptoparasites et sociales. On y trouve notamment les abeilles à miel. Les premières formes sociales élaborées et stables sont apparues dans cette famille il y a au moins 87 millions d'années chez les ancêtres de la tribu des corbiculate (près de 1 000 espèces d'abeilles à corbiculae (en)). Les organisations les plus complexes sont apparues dans la tribu des Meliponini il y a plus de 55 millions d'années et dans la tribu des Apini il y a une vingtaine de millions d'années. Voir Apidae sur Wikipédia.

Claude Monet

Claude Monet, né (sous le nom d'Oscar-Claude Monet) le 14 novembre 1840 à Paris et mort le 5 décembre 1926 à Giverny, est un peintre français et l’un des fondateurs de l'impressionnisme. Il commence sa carrière d'artiste en réalisant des portraits à charge des notables de la ville du Havre. En 1859, il part pour Paris tenter sa chance sur le conseil d'Eugène Boudin. En 1866, il connaît le succès au Salon de peinture et de sculpture grâce à La Femme en robe verte représentant Camille Doncieux qu'il épouse en 1870. Il fuit la guerre de 1870 à Londres, puis aux Pays-Bas. Dans la capitale anglaise, il fait la rencontre du marchand d'art Paul Durand-Ruel, qui sera sa principale source de revenus, pendant le reste de sa carrière. Revenu en France en 1871, il participe à la première exposition des futurs impressionnistes, en 1874. En 1876, il rencontre Ernest Hoschedé, un mécène qui va rapidement faire faillite. La mort de Camille en 1879 et les nombreuses absences d'Ernest, conduisent au rapprochement de Monet et d'Alice Hoschedé. En plus de peindre intensivement la Seine, Claude se rend régulièrement sur la côte normande pour peindre. En 1883, lui, ses deux enfants et la famille Hoschedé emménagent définitivement à Giverny. C'est à partir de cette période que prennent fin ses ennuis financiers À partir de 1890, Monet se consacre à des séries de peintures, c'est-à-dire qu'il peint le même motif à différentes heures de la journée, à diverses saisons. Il peint alors parfois des dizaines de toiles en parallèle, changeant en fonction de l'effet présent. Il commence par Les Meules, puis enchaîne successivement Les Peupliers, la série des Cathédrales de Rouen, celle des Parlements de Londres et Les Nymphéas de son jardin, qu'il décline en grand format pour peindre de grandes décorations. La fin de sa vie est marquée par la mort d'Alice et par une maladie, la cataracte, qui affecte son travail. Il s'éteint à 86 ans d'un cancer pulmonaire. Monet peint devant le modèle sur l'intégralité de sa toile dès les premières ébauches, il retouche ensuite de nombreuses fois jusqu'à ce que le résultat le satisfasse. Contrairement à ce qu'il affirme, il termine la plupart de ses toiles en atelier, prenant modèle sur les premières peintures d'une série pour peindre les autres. D'un caractère parfois difficile, prompt à la colère comme au découragement, Claude Monet est un grand travailleur qui n'hésite pas à défier les éléments pour pratiquer sa passion. Monet résume sa vie ainsi de la meilleure manière : « Qu'y a-t-il à dire de moi ? Que peut-il y avoir à dire, je vous le demande, d'un homme que rien au monde n'intéresse que sa peinture - et aussi son jardin et ses fleurs ? » Voir Claude Monet sur Wikipédia.

Fleur (Étiquette) (Mot-clef)

En biologie, chez toutes sortes de plantes à fleurs (angiospermes), la fleur constitue l'organe de la reproduction sexuée et l'ensemble des « enveloppes » qui l'entourent. Après la pollinisation, la fleur est fécondée et se transforme en fruit contenant les graines. Les fleurs peuvent être solitaires, mais elles sont le plus souvent regroupées en inflorescences. Très tôt, les fleurs ont attiré l’attention des humains, qui les utilisent et les cultivent pour la parure (couronne de fleurs), pour l’ornementation intérieure (fleurs coupées, bouquets, ikebana) et extérieure (jardins, plates-bandes, etc.). Elles sont utilisées en parfumerie, pour leurs fragrances, ainsi qu'en teinture, pour leurs pigments. Les fleurs comestibles servent à la préparation de boissons et de mets. Les fleurs ont souvent inspiré les artistes, peintres, poètes, sculpteurs et décorateurs. La culture des fleurs est la floriculture, une branche de l'horticulture. Voir Fleur sur Wikipédia.

Photographie de paysage

La photographie de paysage est un genre de photographie dont l'objet est la prise de vue de paysage. Elle est, avec la photographie de famille et le portrait, un des genres de photographie artistique les plus pratiqués par les photographes amateurs. Il faut distinguer la photographie de paysages naturels de celle de paysages urbains. Parmi les grands photographes professionnels de paysage, on peut citer : Ansel Adams, Yann Arthus-Bertrand, Franco Fontana, Andreas Gursky, Peter Lik, etc. Voir Photographie de paysage sur Wikipédia.

Papaveraceae

La famille des Papaveraceae (Papavéracées) regroupe des plantes dicotylédones ; elle est universellement reconnue par les taxonomistes. Ses représentants les plus connus sont les pavots (en particulier les coquelicots, le pavot à opium et le pavot de Californie). C'est une famille cosmopolite, répandue sous les climats tempérés et subtropicaux. Les Papavéracées contiennent presque toutes des alcaloïdes qui peuvent être toxiques, avoir des propriétés sédatives ou analgésiques, voire être utilisés comme produits stupéfiants. Leurs graines, utilisées dans l'alimentation ne contiennent qu'une très faible quantité d'alcaloïdes. Voir Papaveraceae sur Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *